Le bitcoin et les blockchains publiques sont souvent assimilés à des formules alternatives permettant de blanchir de l’argent.

De nombreuses entreprises aux pratiques douteuses échangent des fonds en utilisant de la cryptomonnaie ou s’enrichissent par ce biais.

Utiliser une blockchain publique à des fins juridiques revient à faire certifier et miner par des tiers inconnus sous pseudonymes. Le problème résulte du fait que parmis ces tiers, certains ont une activité illégale, immorale ou spéculative.

Mais peut on choisir le tiers qui valide la transaction ? NON

Dés lors, le paiement d’un dépôt peut aboutir à rémunérer des entités ayant des activités immorales ou illégales sans possibilité de contrôle.

La technique permet elle d’effacer la moralité et la qualité des intervenants ? NON

Parce que la technique, si innovante et séduisante soit elle, ne fait pas disparaître nos obligations déontologiques et morales, nous avons exclu l’utilisation des blockchains publiques qui pourraient nous amener à rémunérer une entreprises aux pratiques douteuses.

Comment nos clients pourrait justifier d’un droit certifié de la sorte ?

Pourquoi une blockchain privée :

Nous ne pouvions pas utiliser un technique qui aurait imposé à nos clients de se prévaloir devant un magistrat d’une preuve ou d’un document juridique « authentifié » par un ordinateur, détenu par un inconnu, dont la moralité n’est pas vérifiée.

Pour conclure, vous prendriez le risque de faire certifier vos documents à des fins juridiques par des inconnus sur une réseau aux pratiques parfois illégales sans vérifier la personne que vous rémunérez pour ce travail en cryptomonnaie ?

Par Maître Nicolas DESSARD - Huissier de Justice Associé -

– Blog Blockchain Huissier –

  • , Les limites de l’utilisation de la blockchain publique, SCPLD

LEGIDE BLOCKHAIN DES HUISSIERS DE PARIS

18 octobre 2021|0 commentaire

1 ère plateforme blockchain de protection de la création artistique de la Chambre des Huissiers de Justice de Paris, développée en partenariat avec IBM L'Etude LAUDE DESSARD vous permet de bénéficier des services de [...]

  • , Les limites de l’utilisation de la blockchain publique, SCPLD

Blockchain et métiers du droit : la fin des tiers de confiance ?

22 mars 2019|0 commentaire

Modérateur : Mustapha MEKKI, professeur à l’université Paris 13 (co-directeur de l’IRDA) Intervenants  : Vivien STREIFF, notaire à Condé-sur-l’Escaut Kami HAERI, avocat à la Cour Pierre BERLIOZ, directeur de l’Ecole de formation du barreau Sacha BOYER, co-fondateur de mynotary.fr Sylvain DOROL, [...]

  • , Les limites de l’utilisation de la blockchain publique, SCPLD

Le Smart Contract sécurisé par Huissier

21 janvier 2019|0 commentaire

Les contrats intelligents (en anglais Smart Contracts) sont des protocoles informatiques qui facilitent, vérifient et exécutent la négociation ou l'exécution d'un contrat. Il s'agit pour l'instant d'un support informatisé d'un contrat classique. De l'importance de l'entrée des données La règle [...]

  • , Les limites de l’utilisation de la blockchain publique, SCPLD

Les limites de l’utilisation de la blockchain publique

17 mai 2018|0 commentaire

Le bitcoin et les blockchains publiques sont souvent assimilés à des formules alternatives permettant de blanchir de l’argent. De nombreuses entreprises aux pratiques douteuses échangent des fonds en utilisant de la cryptomonnaie ou s’enrichissent [...]

  • , Les limites de l’utilisation de la blockchain publique, SCPLD

Sécuriser une blockchain par Huissier de Justice

1 mai 2018|0 commentaire

Sécurité et blockchain : faites appel à un huissier de justice ! La blockchain est un protocole informatique sécurisé dont l’utilisation permet en quelque sorte une auto certification. Ce protocole est aveugle du monde [...]

  • , Les limites de l’utilisation de la blockchain publique, SCPLD

L’huissier et le smart contract

27 mars 2018|1 Comment

L'Huissier de Justice procède à l'exécution des décisions de Justice. Il peut maintenant superviser l'exécution de la volonté des parties, par "smart contract", participant à un mouvement global de déjudiciarisation Pourquoi l’huissier de [...]